Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates.

The Guernsey Literary and Potato Peel Pie Society
Ecrit par Mary Ann Shaffer et Annie Barrows
Éditions 10/18
410 pages
Environ 8€

Résumé

1946, alors que les Britanniques soignent  les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d’inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d’un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d’un nouveau roman vient de s’ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d’une nouvelle vie…

Ce que j’en pense de ce livre

C’est après l’avoir négligé dans ma PAL pendant presque un an que je me suis décidée à sortir cette petite merveille de ma PAL. Si j’avais su dès le départ ce que ce livre renfermait, je l’aurais lu dès le jour où je me l’étais procuré.
Autant vous le dire tout de suite, c’est un coup de cœur.
L’histoire commence à Londres en 1946. Nous suivons les échanges épistolaires entre Juliet Ashton (écrivain en manque d’inspiration), sa soeur et ses amis. Un jour, elle reçoit la lettre d’un dénommé Dawsey Adams, un habitant de Guernesey. Très vite, un lien de solidarité se créé et les échanges deviennent amicaux. Bientôt, Dawsey évoquera dans l’une de ses lettres l’existence d’un cercle littéraire qui fut créé alors que leurs membres tentaient de cacher aux allemands un cochon rôti durant l’Occupation. Vous trouvez ça étrange ? Juliet aussi. Envahie par la curiosité, elle demande des explications sur ce cercle littéraire au drôle de nom, à savoir : Le Cercle des amateurs de littérature et de tourte aux épluchures de patates de Guernesey.
Très vite, Juliet recevra de nombreuses lettres provenant d’autres membres du cercle littéraire. Parmi eux, Amelia, Isola, Eben et bien d’autres encore. De fil en aiguille, Juliet finit par se lier d’amitié avec les habitants de Guernesey. Ces derniers évoquent dans leur courrier de quelle manière ils ont vécu l’Occupation. Privations, couvre-feu, travail forcé… Guernesey est loin d’avoir échappée à la Seconde guerre mondiale.
Pour en revenir aux personnages, Juliet est celui auquel je me suis le plus identifiée. Son amour pour la littérature et l’écriture m’a tout de suite plu. Et puis il y a Isola, l’excentrique qui m’a fait beaucoup rire ! Amelia, qui est la sagesse incarnée. Dawsey, le solitaire et l’adorable petite Kit…
Une personne revient souvent dans leurs échanges, Elizabeth ; en faite, elle est le lien entre tous les membres du cercle, et de ce fait, le personnage central de l’histoire. Je me suis beaucoup attachée à ce personnage au courage et au grand cœur indéniable.
Ce livre nous apprend beaucoup de choses sur la situation de Guernesey entre 1939 et 1945. Avant de lire ce roman, je ne savais rien du tout sur l’histoire des îles anglo-normandes ou si elles avaient joué un rôle quelconque pendant la guerre. On en ressort avec de nouvelles connaissances et c’est ça aussi que j’aime dans la lecture, apprendre.
Il y a certains passages qui m’ont révolté, comme c’est souvent le cas avec ce sujet. Les auteures nous dépeignent une Guernesey occupée, coupée du monde (sans aucune nouvelle sur ce qui se passe sur le continent), affaiblie par le manque de nourriture et d’hygiène… Alors certains se mettent à voler. Si bien que pour le vol d’une seule patate, on vous envoyait dans un camps de concentration.
Le style, quant à lui, nous rapproche d’avantage des personnages. Les lettres permettent de rentrer dans leur intimité et grâce à elles, nous livrent leurs sentiments. Cependant, je dois avouer ne rien avoir vu venir concernant Juliet et Dawsey (je ne rentrerai pas dans les détails pour ne pas vous spoiler). Je ne sais pas si j’ai manqué quelque chose… N’hésitez pas à partager votre ressenti sur la question. J’ai adoré toutes les références littéraires sur les sœurs Brontë, Jane Austen ou encore Charles Lamb… Bref, le style est très agréable et nous embarque dès la première lettre.
C’est simple, à chaque fois que je lisais, c’était comme si je croquais dans un morceau de chocolat. C’est beau, attendrissant, triste… ce livre est parfait. Je ne trouve aucun point négatif. A aucun moment je l’ai trouvé long ou ennuyeux… non, pas de longueurs ni rien. Encore une fois, la forme épistolaire apporte beaucoup à l’histoire. Ce livre est plein de charme. Il m’a même redonné envie d’écrire… Vous devez absolument le lire !
Publicités

Quelques lectures…

Expiation, de Ian McEwan. 

Pourquoi ce livre ? Parce-que je suis une fan inconditionnelle du film Reviens-moi (avec Keira Knightley et James McAvoy) et de la tragique histoire de Cecilia et Robbie. Je veux en apprendre plus sur eux en lisant le livre, tout simplement !

La fiancée de Bombay, de Julia Gregson.
Pourquoi ce livre ? Quand j’ai vu la couverture, j’ai tout de suite su que le résumé m’intéresserait. Avouez qu’elle est magnifique ! Le côté années 20 et les dessins rappelant l’Inde… il ne m’en fallait pas plus pour craquer.
Dernier été à Mayfair, de Theresa Révay.
Pourquoi ce livre ? Encore une fois, grâce au film Légendes d’automne (avec Brad Pitt dans le rôle de Tristan) qui fut un immense coup de cœur. Il s’agit d’une histoire d’amour et de vengeance sur fond de Première Guerre Mondiale. Si vous ne l’avez pas vu, je vous le recommande vivement.

The Pillars of the Earth 3

Et les acteurs sont dans l’ensemble, vraiment très bons. Matthew McFadyen nous prouve qu’il peut être aussi crédible et choupinet en prieur torturé qu’en Mr Darcy, Rufus Sewell joue vraiment à fond son personnage de Tom Builder et Ian McShane, qui incarne le bishop Waleran, est flippant à souhait, enfermé dans son fanatisme religieux et sa quête obsessionnelle de pouvoir. En parlant de ce dernier, j’ai d’ailleurs passé une bonne partie des épisodes à me demander à qui il pouvait bien me faire penser, et finalement, j’ai trouvé qu’il avait parfois des airs de Gabriel Byrne, surtout dans certaines scènes. Mais mon coup de de cœur personnel va à Eddie Redmayne qui interprète le jeune Jack. Déjà, j’ai toujours eu un faible pour les rouquins, mais je trouve qu’il a totalement la choupi-attitude qui colle à son personnage, tout en conservant une aura de mystère. Et puis je trouve qu’il n’est pas désagréable à regarder non plus ! ^^

Quelques points négatifs quand même. Encore une fois, je précise que ne connaissant pas le livre, je ne peux pas faire de comparaisons, mais c’est vrai que j’ai trouvé certaines ficelles de l’histoire un peu grosses, ou alors mal amenées. Déjà, tout le monde sait qu’au Moyen Age, il fallait de nombreuses générations pour qu’un bâtiment tel qu’une cathédrale soit achevé, et que les premiers bâtisseurs ne voyaient jamais leur œuvre terminée. Et bien ici, Jack doit avoir une quarantaine d’années à la fin de la série, et la cathédrale est quasiment finie. Je pense aussi au moment où Aliena décide de rejoindre Jack qui est parti en France sans laisser aucune trace. On a vraiment l’impression qu’elle débarque et que pouf ! sans se donner aucun mal, elle le retrouve. Pareil pour Jack qui rencontre miraculeusement sa famille française, comme par hasard, sans même la rechercher. Mais bon, ce sont des détails qui au final ne m’ont pas tellement gênée que ça.

Par contre, curieusement, même si j’ai adoré la regarder, la série ne m’a pas donné une envie irrépressible de lire le livre, comme c’est souvent le cas avec moi. Déjà, la taille du pavé a de quoi impressionner, et je me dis que si les personnages et les intrigues sont si nombreuses dans l’adaptation, il y en aura plus encore dans le roman, et j’ai un peu peur de m’y perdre ou de me lasser. De plus, s’il y a vraiment beaucoup de différences dans le roman, je crains d’être déçue et ne plus trouver l’adaptation aussi plaisante finalement. A voir donc, si un jour ma PAL finit par baisser ! ^^ Et tout cas, je conseille la série !

Fantaskey Beth, Comment se débarrasser d’un vampire amoureux

Décidément, je fais de très belles découvertes ces derniers temps, et c’est tant mieux !

 

Vous l’aurez donc compris, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui n’aura passé que deux jours entre mes mains! Elle m’aura fait passer par pas mal d’émotions: j’ai beaucoup ri, je suis passée par le doute (qui ne m’aura pas lâchée jusqu’aux dernières pages), le tout parsemé de quelques passages qui font battre le coeur.

 

Ce livre est assez différent des autres romans de bit-lit que j’ai pu lire jusqu’à présent. En effet, ici, il n’y a pas de bataille finale au sens propre, c’est moins violent, plus gentil et pourtant, plutôt paradoxalement, j’ai trouvé qu’il y avait plus de suspens. Sans doute est-ce dû au fait qu’il n’y a pas de suite: toutes les fins sont donc possibles!

 

Concernant le style, je l’ai trouvé très agréable et particulièrement soigné. Cela était exigé vu le statut de Lucius et sa provenance. La combinaison des deux cultures était d’ailleurs vraiment drôle, j’ai beaucoup aimé le sens de la répartie de Lucius et de Jessica, les remarques à propos de la société américaine dans les lettres que Lucius destine à son oncle.

 

Bref, j’ai passé un excellent moment et je pense me procurer le second livre de l’auteur.

Les yeux jaunes des crocodiles

Ce roman se passe à Paris. Et pourtant on y croise des crocodiles. Ce roman parle des hommes. Et des femmes. Celles que nous sommes, celles que nous voudrions être, celles que nous ne serons jamais, celles que nous deviendrons peut-être. Ce roman est l’histoire d’un mensonge. Mais aussi une histoire d’amours, d’amitiés, de trahisons, d’argent, de rêves. Ce roman est plein de rires et de larmes. Ce roman, c’est la vie.

Voici le premier livre lu pendant les vacances. Commence entre deux avions a Franfort, je n’ai pas resiste et j’ai lu d’un trait (ou quasiment) ce premier tome. Je me suis rapidement laisse entrainer par ces nombreux personnages tres attachants. Il m’a fallu quelques chapitres pour comprendre le fait qu’en fait tous les personnages sont lies d’une maniere ou d’une autre !!!!

Ce livre m’avait ete conseille par une ancienne collegue de travail. Il etait depuis longtemps dans ma PAL. J’ai pense qu’un long voyage en avion etait l’occasion reve pour faire sa connassance !! Ainsi je n’ai pris qu’un seul livre en cabine. Cela prend moins de place que plusieurs petits : 10h assise dans un avion a attendre que le temps passe, cela peut tres vite devenir lassant !!!

Ce livre se lit facilement. Il ne faut pas avoir de son apparence de « pavet ». On se laisse vite entraine, sans conscience du temps qui passe et on se retrouve soudain a la derniere page ! Desemparee !

10 livres à citer

je lis peu de séries, du coup j’ai forcément peu d’idées pour ce TTT. En revanche je tenais absolument à citer ceux-là. En particulier Les Bannis et les proscrits. Ce deuxième tome est fantastique, il est de loin mon préféré pour le moment (je n’ai lu que 3 tomes) en partie grâce au personnage phare que l’on voit apparaître.

Insaisissable et son tome centré sur le personnage de Warner ❤ je ne pouvais pas ne pas le citer.

Les Royaumes invisibles s’est imposé à moi, mais toute la série mérite qu’on lui jette un oeil.

Pour Wings, le deuxième tome n’est certes pas mon préféré mais j’aime beaucoup Tamani la série donc il m’est venu naturellement.

J’aime aussi beaucoup les livres de Kelley Armstrong, du coup Pouvoirs Obscurs ne fait pas exception.

Et Harry Potter bien évidemment. Avant que la série ne se meurt dans un tome wtf, le deuxième est l’un des meilleurs à mes yeux.

The Pillars of the Earth 2

Il s’agit donc d’une grande fresque historique, en huit épisodes, avec de nombreux personnages qui se croisent, et non moins d’intrigues qui finissent tôt ou tard par se recouper. Je dois dire que j’ai très vite été plongée dans la série et que je suis même allée jusqu’à regarder les 5 derniers épisodes en une seule journée ! Je ne peux pas juger de la fidélité de l’adaptation par rapport au roman que je n’ai pas lu, mais d’après ce que j’ai compris, il y a quand même pas mal de divergeances.

Personnellement, j’ai trouvé le tout très prenant. Il s’agit déjà d’une période de l’histoire d’Angleterre que je connaissais vraiment très peu, du coup, je m’y suis beaucoup intéressée. De plus, je n’ai pas vu beaucoup de films/séries qui se passent au Moyen-Age, donc pas vraiment de risque de déjà-vu. D’ailleurs, en parlant du Moyen-Age, en passant, je suis vraiment contente de ne pas y avoir vécu, car l’existence n’avait vraiment pas l’air marrante à cette époque, et ça, la série nous le montre bien ! Meutres, viols, attaques, tortures, complots plus horribles les uns que les autres… Je peux bien vous avouer n’avoir par trop fait la maline derrière mon écran en de maintes occasions ! Et je ne parle même pas de la misère et de la crasse… Bien sûr, comme souvent, les acteurs ont l’air un peu trop propres sur eux pour être cent pour cent crédibles, mais sinon, les costumes et les décors sont vraiment très réussis.

 

The Pillars of the Earth

Après en avoir beaucoup entendu parler, je me suis décidée ce mois-ci à visionner l’adaptation du roman historique de Ken Follett, The Pillars of the Earth. Autant être franche, plus que l’histoire elle-même, c’est le casting qui m’a de prime abord donné envie. En effet, on retrouve au générique nuls autres que Matthew McFadyen, Rufus Sewell, Donald Sutherland ou encore Haley Atwell et Sarah Parrish. C’est à dire bon nombre d’acteurs ayant joué dans des films ou séries que j’ai appréciés.

Pour l’histoire, je vais essayer de faire simple, car il y a quand même beaucoup de personnages et d’intrigues qui s’imbriquent, et on a vite fait de s’y perdre. L’action a lieu en Angleterre au Moyen-Age, pendant la période de l’Anarchie. L’unique héritier du trône meurt dans le naufrage du navire qui le ramenait de France. Le roi désigne alors sa fille Maud et son petit-fils, encore un bébé, pour lui succéder. Mais son neveu Stephen, soutenu par le clergé, et surtout par le bishop Waleran, assoiffé de pouvoir, ne le voit pas de cet œil. Il empoisonne son oncle et prend la tête du royaume de force, amorçant ce qui seront des décennies de guerre. En parallèle, nous suivons le prieur Philipp, à Kingsbridge. Ce dernier souhaite rénover l’église qui tombe en ruine. Son chemin croise alors celui de Tom Builder, tout juste veuf, dont le rêve est de construire un jour une cathédrale. Aidé par Ellen, une femme que l’on dit sorcière et de son fils Jack, très doué pour la sculpture, Tom parvient à convaincre Philipp de mettre son projet à exécution.

C’est sans compter Waleran qui usera de tout son pouvoir pour les arrêter, désireux de se bâtir un palais avec l’argent, les pierres et le bois destinés à la cathédrale. En plus de cela, viennent se rajouter les personnages d’Aliena et de Richard de Shiring, spoliés de leurs terres par la cruelle famille Hamleigh, parce qu’ils soutenaient Maud contre Stephen dans la lutte pour le trône. Sitôt qu’il pose les yeux sur Aliena, le jeune Jack tombe fou amoureux d’elle, tout comme Alfred, le fils légitime de Tom.

 

Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand

Est-il encore utile de présenter l’intrigue de Cyrano de Bergerac ? On va dire que oui pour la forme…

Ils aiment la même femme : il est laid mais fin, spirituel et manie la langue avec aisance, son rival est beau mais s’exprime comme un sot.

« Veux-tu me compléter et que je te complète?

Tu marcheras, j’irai dans l’ombre à ton côté:

Je serai ton esprit, tu seras ma beauté »

Voilà l’étrange jeu  que propose Cyrano à Christian. La belle Roxane sera séduite par les déclarations d’amour qu’elle pense venir de Christian mais en réalité elle aime celui qui les lui souffle en secret dans l’ombre. Lorsque les deux hommes partent pour la guerre, elle les rejoindra pour prouver son amour à Christian.  L’amour de Cyrano  pour Roxane restera secret malgré la mort de son rival. Plusieurs années après, Roxane comprendra son erreur  mais trop tard…

 

Lire des thrillers et autres livres contemporains est très agréable mais quel plaisir de se plonger dans un classique! Certes, Cyrano de Bergerac n’est pas une pièce facile d’accès, ne serait-ce que par le nombre important de personnages, mais que c’est bon de se plonger dans ces vers, ces répliques et tirades devenues si célèbres.  

Cyrano de Bergerac est une pièce émouvante et drôle dont le personnage central est magistral: à la fois héroïque et touchant, truculent et sensible. De plus, je dois bien avouer que j’ai un faible pour ces histoires de trio amoureux, d’amours impossibles et tragiques. Une pièce magnifique !

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑